LES ARTISTES ITALIENS AU SERVICE DE LA PROPAGANDE FASCISTE. LES DONS D'ŒUVRES ITALIENNES AUX MUSÉES FRANÇAIS (1932-1936)

Anatole de Monzie (1876-1947)

En juin 1932, le ministère de l’Education nationale et des Beaux-Arts, appellation qui remplaça celle de ministère de l’Instruction publique, fut confié à Anatole de Monzie qui dès ses débuts s’était déclaré socialiste mais indépendant et refusa toujours de se soumettre à une discipline de parti. Ancien rédacteur du Mouvement socialiste, la revue d’Hubert Lagardelle, cet avocat influent avait derrière lui une longue carrière de député ou sénateur du Lot et avait déjà occupé plusieurs postes ministériels, dont celui de l’Instruction publique et des Beaux-Arts en 1925. En 1932, il apparaissait avec Pierre Laval, Henry de Jouvenel et Jean Mistler comme l’un des chefs de file des partisans d’une entente avec Rome contre l’Allemagne hitlérienne. Il fit plus tard partie des munichois les plus déterminés et dériva vers la collaboration.

Comments are closed.

-->