LES ARTISTES ITALIENS AU SERVICE DE LA PROPAGANDE FASCISTE. LES DONS D'ŒUVRES ITALIENNES AUX MUSÉES FRANÇAIS (1932-1936)

Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris 1936

Donation Sarmiento

Cliquez sur les images pour une meilleure définition


Toujours au lendemain de l’exposition d’art italien ancien et moderne de 1935, le comte Sarmiento fit une donation très importante (plus de 70 pièces) à la Ville de Paris qui fut acceptée début 1936. Elle comprenait des toiles des Italiens de Paris, comme Severini, De Chirico ou Tozzi, l’ancien futuriste Luigi Russolo et les aérofuturistes Enrico Prampolini et Benedetta, des traditionalistes comme Maraini, Vagnetti, Montanari, etc., mais aussi des peintres de l’Ecole de Paris comme Picasso, Léger, Van Dongen, Terechkovitch, Marie Laurencin, Metzinger, Gromaire et Lurçat. Début 1936, elle permit l’ouverture au Petit Palais d’une salle présentant une nouvelle version de l’Ecole de Paris .

Dans le catalogue qui fut consacré à cette donation, Escholier expliquait, visant le mode de présentation par nationalité adopté au Jeu de Paume :

« Au lendemain de l’admirable Exposition d’Art Italien dont on peut déjà mesurer l’influence sur nos jeunes peintres et nos jeunes sculpteurs, la très importante donation du comte Emanuele Sarmiento (…), ce grand geste d’amitié latine ne laisse pas d’avoir la valeur d’un acte. (…)

Tout en faisant une large part aux artistes Italiens demeurés dans leur belle patrie (…) la donation Sarmiento aura ce bienfait de ne pas nous présenter de l’Ecole de Paris une image infidèle dans un miroir brisé. »

C’est sur ce programme que s’acheva la propagande en faveur d’une Europe latine.

Comments are closed.

-->