LES ARTISTES ITALIENS AU SERVICE DE LA PROPAGANDE FASCISTE. LES DONS D'ŒUVRES ITALIENNES AUX MUSÉES FRANÇAIS (1932-1936)

Galerie Léon Marseille

La partie réservée au XXe siècle de l’exposition d’art italien présentée au Jeu de Paume en mai 1935 comprenait les Italiens de Paris, mais aussi des peintres académiques, dont plusieurs avaient déjà participé en mai 1933 à une exposition organisée à la galerie Léon Marseille par le Secrétaire général de la Biennale de Venise, Antonio Maraini : Six Artistes Italiens. Felice Carena, De Grada, Antonio Maraini, Giuseppe Montanari, Alberto Salietti, Gianni Vagnetti.

Dans le catalogue de cette exposition, le peintre Maurice Denis, qui s’en prenait aux futuristes, écrivait :

«  Nous avons trop longtemps sous-estimé la robuste vitalité de la jeune Italie et surtout de l’Italie fasciste. Nous ignorons en France, l’effet des énergies nouvelles sur le redressement de l’art italien.»

Parmi les pièces exposées à la galerie Marseille figurait la toile Les Poissons de Salietti, qui entra au Jeu de Paume la même année.

.

Les dons du sénateur Borletti en 1935 permirent notamment l’entrée dans les collections du Jeu de Paume de deux toiles ayant figuré au Jeu de Paume peu avant et dues à des peintres déjà représentés dans cette exposition de la galerie Marseille en 1933 : une Maternité de Montanari et d’un Portrait d’une jeune fille de Oppo.

.

Les Quatre évangélistes en bronze de Maraini, également exposés à la galerie Marseille en 1933 et au Jeu de Paume en 1935, entrèrent début 1936 dans les collections de la Ville de Paris grâce à la donation Sarmiento.

Comments are closed.

-->