LES ARTISTES ITALIENS AU SERVICE DE LA PROPAGANDE FASCISTE. LES DONS D'ŒUVRES ITALIENNES AUX MUSÉES FRANÇAIS (1932-1936)

Jean Mistler (1897-1988)

Normalien, écrivain et critique littéraire, Jean Mistler fit fonction d’attaché culturel à la Légation de France en Hongrie de 1921 à 1925 avant de remplacer Paul Morand comme chef de la section littéraire et artistique du service des Oeuvres françaises à l’étranger au Quai d’Orsay. Député radical-socialiste de l’Aude depuis 1928, ce « jeune radical » était âgé de 34 ans à son arrivée au sous-secrétariat aux Beaux-Arts, en juin 1932.

Partisan d’un rapprochement franco-italien comme Anatole de Monzie, il fut sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts du 3 juin 1932 au 30 janvier 1933 (cabinets Herriot et Paul-Boncour), ministre des P.T.T. (26 octobre 1933 au 29 janvier 1934, cabinets Sarraut et Chautemps), puis brièvement ministre du Commerce et de l’Industrie dans le 2° cabinet Daladier, qui démissionna au lendemain du 6 février 1934. En tant que ministre des PTT dans le gouvernement Sarraut, il fut associé à l’organisation du réseau d’État de la Radiodiffusion et à la création de l’orchestre national, ancêtre de l’Orchestre de Radio-France.

De 1936 à 1940, ce Munichois convaincu joua un rôle important en tant que président de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale. Le 10 juillet 1940, c’est à lui qu’il revint de présenter à l’Assemblée réunie à Vichy, comme président de la commission du suffrage universel, l’article unique du projet de constitution confiant les pleins pouvoirs au maréchal Pétain

Il fut membre du Conseil national instauré par Vichy et fut épuré à la Libération. Après la guerre, il travailla aux Éditions du Rocher et devint ensuite secrétaire général puis président de la Maison du livre français. De 1964 à 1969, il fut enfin directeur du département de littérature générale à la Librairie Hachette. Elu à l’Académie française en 1966, il en devint le secrétaire perpétuel en 1973.

Parmi ses ouvrages, on peut citer son autobiographie romancée (Le Jeune Homme qui rôde), des études sur le romantisme allemand (Hoffmann le fantastique, A Bayreuth avec Richard Wagner) ainsi que son Gaspard Hauser, un drame de la personnalité.

Comments are closed.

-->